Albsteig

J’ai marché deux jours durant dans le Jura souabe, sur le chemin de randonnée HW1 entre Owen et Reutlingen, en faisant étape dans la charmante cité de Bad Urach. Les vergers des vallées étaient couverts de fleurs. Et sur les hauts plateaux karstiques, entre 700 et 800 m d’altitude, des cailloux parsemaient les champs nus, comme autant d’innombrables petites étoiles blanches scintillant dans le firmament. Le Jura souabe, c’est un Massif central allemand en taille réduite, de 200 km de long sur 40 de large : un climat rude, une terre dure à cultiver, un pays peuplé d’hommes et de femmes travailleurs et économes.

This slideshow requires JavaScript.

50 nuances de gris

Norden (Basse-Saxe) en février : froid, vent et pluie. Norden, c’est le Nord !

Norden (Basse-Saxe) en février : le vide sublime de la mer grise par temps calme ; une poignée d’îles posées sur le fil de l’horizon ; par-dessus tout ça, un ciel immense où les mouettes font du surplace au gré du vent iodé ; la lumière changeante quand l’espace d’un instant, les rayons du soleil se fraient un chemin à travers les stratus et les cumulus filant à toute allure ; le sable mouillé des dunes ondulantes. Du haut de la digue, je vois un chien courir dans une vasière à marée basse. Mes lèvres sont salées. Puis, de l’autre côté : les maisons en brique aux intérieurs chaleureux, où les Frisons se lancent entre eux un “Moin moin!” au lieu de “Guten Morgen!” et boivent du thé fort pour se réchauffer les tripes ; les tours penchées des églises qui portent leur ombre sur le plat pays ; les moulins aux longues ailes au bord des canaux paisibles ; les éoliennes qui turbinent plein pot (dans le décor, on en compte toujours une ou deux mal orientées et au point mort… telles des vilains petits canards… va savoir pourquoi !). De la place pour le corps et l’esprit. Norden, c’est le Nord et c’est bien.

This slideshow requires JavaScript.

50 nuances de bleu

Dans le parc de la Ria Formosa, les promeneurs et les chercheurs de coquillages pataugent dans les vasières. Ce n’est pas sans rappeler la Wattenmeer de la mer du Nord, sauf que le long de la côte algarve au tournant de la nouvelle année, il fait bon se promener dans un paysage baigné par une douce lumière et un air chauffé entre 15 et 20 degrés centigrade. Là-bas, à Cacela Velha, nous avons mis l’hiver entre parenthèses pendant une semaine.

This slideshow requires JavaScript.