Nous sommes Charlie !

Image

Nous sommes Charlie ! (Reculée des Planches, oct. 2014)

Elle est Charlie !  (Herrenchiemsee, mai 2014)

Elle est Charlie !
(Herrenchiemsee, mai 2014)

Il est Charlie ! (Stuttgart, déc. 2014)

Il est Charlie !
(Stuttgart, déc. 2014)

Elle est Charlie ! (Chiemsee, mai 2014)

Elle est Charlie !
(Chiemsee, mai 2014)

Il est Charlie ! (Plomb du Cantal, août 2014)

Il est Charlie !
(Plomb du Cantal, août 2014)

Ils sont Charlie ! (Stuttgart, mai 2014)

Ils sont Charlie !
(Stuttgart, mai 2014)

Elle est Charlie ! (Ludwigsburg, oct. 2014)

Elle est Charlie !
(Ludwigsburg, oct. 2014)

Il est Charlie - Starsky aussi ! (Stuttgart, fin 2014)

Il est Charlie – Starsky aussi ! (Stuttgart, fin 2014)

Nous sommes Charlie !  (Stuttgart, août 2014)

Nous sommes Charlie !
(Stuttgart, août 2014)

Nous sommes tous Charlie !!!

Advertisements

Wir sind Charlie

Tous les vendredis soir, nous nous rendons dans un restaurant du quartier. Nous tenons une liste de nos coins favoris, et nous leur rendons visite au gré de nos envies. Hier, c’était au tour du Turc de nous accueillir. Une fois les kébabs, pizzas et autres avalés, Ferdinand, Clémentine, Madeleine et moi partîmes en direction de la Porsche Arena. Il s’agit d’une salle située de l’autre côté du Neckar, à un quart d’heure à pied de chez nous. Munis de nos billets bon marché (les seuls encore en vente au moment où Elisabeth les commanda), nous montâmes tout en haut de la tribune, là où les spectateurs restent debout pour assister au match. Malgré l’impossibilité de s’asseoir, nous étions bien placés depuis notre poste surplombant l’un des coins du terrain. Nous pouvions embrasser du regard la surface en bas dans son intégralité, sans être dérangés par personne. En face de nous, un grand écran d’affichage fixé au plafond annonçait le programme : Deutschland – Czechien. Une heure avant le coup d’envoi, les équipes s’entraînaient déjà sur le terrain. À 20 h 15, l’arbitre allait siffler le début d’une rencontre amicale de handball, destinée à préparer les deux sélections nationales à la prochaine coupe du monde, qui débutera le 15 janvier 2015. Peu de temps auparavant, les joueurs s’alignèrent d’abord pour les hymnes nationaux. Les haut-parleurs en diffusèrent des versions enregistrées (l’hymne tchèque, le fameux Kde domov můj? que tout un chacun connaît bien sûr, 🙂 ne me semble ma foi pas mal du tout). Arrêt de la musique… 6200 spectateurs en liesse… Des gamins dans la foule… Trois mascottes géantes ridicules cavalant dans tous les sens… Bref, une bonne ambiance. Tout se présentait sous d’heureux auspices pour un match joué à guichets fermés. Tout à coup, la voix du présentateur retentit dans les haut-parleurs. Le ton était grave. Nous ne comprîmes pas l’allocution dans sa totalité, mais pûmes cependant saisir au vol des mots-clés comme “liberté d’expression”. La voix nous pria alors de nous lever et de respecter une minute de silence. Des techniciens réduisirent l’intensité des projecteurs, et les paroles suivantes s’imprimèrent en grand sur l’écran d’affichage : “Wir sind Charlie“.

Une minute plus tard, fin du recueillement. Face à la barbarie, la vie continue, place à la joie !… à l’humour !… à l’amour ! Et là en l’occurrence, place au sport ! L’Allemagne gagna ce soir-là 32 à 24.

Et bien entendu, bonne galette et bonne année 2015 à tous ! 🙂

2015-01-11 11.03.09

Mairie de Stuttgart, le dimanche 11 janvier 2015.